Archidiocese de Cotonou

Prière de Jéricho sur la paroisse d'Akassato (akasato)

 

          Du lundi 11 au dimanche 17  septembre, a eu lieu, sur la paroisse Notre Dame de l’Immaculée Conception d’Akassato, un jéricho, une prière de 07jours en prélude à la rentrée académique 2017-2018. Le thème général autour duquel ont tourné les différents enseignements est :« Seigneur, secoue-moi ». Le programme était en gros :18h : rassemblement et récitation du chapelet ; 18h30 : louange animée par le Service chant du Renouveau Charismatique Catholique ; 18h45 : exposition du Saint Sacrement plus enseignement ; 19h30 : procession (tour dans la cour) ; 19h45 : messe animée par la chorale de tour le jour ; 20h15 : intercession ; 20h30 : clôture.

Le premier jour déjà, 11 Septembre, à 18H, l’enceinte de l’église était archicomble et aussitôt, la récitation du chapelet a commencé. Le programme s’est normalement déroulé et à 18h45, après l’exposition du Saint Sacrement,  place a été faite à l’enseignement prévu pour ce premier jour et dont le thème est tiré du livre du prophète Esaïe, chapitre 2, versets 12-13 : « Il est temps que vous reveniez à moi… ».

Dans son développement, le missionnaire a mentionné que dans ce passage, Dieu invite le peuple qui a désobéi et qui végète dans le péché à revenir à Lui ; il a rappelé l’histoire de la désobéissance d’Adam et Eve dans le jardin d’Eden, désobéissance dont le peuple a hérité, coupant ainsi le cordon entre Dieu et lui. Dans sa grande miséricorde et par fidélité à son alliance, Dieu a renoncé à sa colère et supplie presque le peuple à se détourner de ses péchés et à se tourner vers lui, la source de miséricorde, de bonté et de bénédictions. Le frère missionnaire a poursuivi en indiquant que Dieu a manifesté sa miséricorde en la personne de Jésus Christ qui a accepté de se sacrifier pour le rachat de l’humanité. Il a ajouté, pour finir, qu’une autre piste pour revenir à Dieu, c’est d’accorder le pardon à ceux qui ont offensé.

A 19h25, l’enseignement a connu son épilogue et à 19h30, tous les fidèles présents en ce premier jour de prière sont sortis, le Saint Sacrement en tête de peloton, dans la cour pour faire le premier tour prévu pour ce premier jour de Jéricho. A 19h35, il y a eu retour à l’intérieur de l’église puis reposition ; et c’est à 19h47 qu’a commencé  la messe qui a été animée par la chorale Sèhouégnon. Les textes étaient ceux prévus par la liturgie en ce lundi de la 23ème semaine du temps ordinaire, Année A. L’homélie a été faite par le Père Herman HACHEME, curé de la paroisse. Dans cette homélie, il a mentionné que les fidèles présents  sont heureux car ayant répondu à l’appel du Seigneur qui demande de revenir à Lui ; il a prié que le Seigneur touche chacun d’eux à l’image du lépreux dont il est question dans l’évangile et que tout ce qui est péché et éloigne les chrétiens de leur sauveur  soit anéanti au nom puissant de Jésus. A 20h35, il y a eu la prière post-communion ;  c’est à cette heure-là même qu’il y a eu à nouveau exposition du Saint Sacrement puis intercession faite par le missionnaire. A 21h02, il y a eu la quête d’action de grâce pour remercier le Seigneur de toutes les grâces reçues en ce premier jour de jéricho. Cette  première journée de prière de 07 jours a connu son épilogue à 21h10.

          Le mardi 12 Septembre a été la deuxième journée ; Comme prévu dans le programme, le rassemblement a été effectif à 18 h et la récitation du chapelet a commencé. Après la louange et l’exposition du Saint Sacrement, place a été faite à l’enseignement dont le thème est tiré du livre de la Sagesse chapitre 13, 17-19 ; le missionnaire a commencé son enseignement en rappelant l’histoire de la création et comment Dieu a remis toute cette création entre les mains de l’homme pour qu’il la domine ; mais malheureusement, l’homme s’est mis à s’agenouiller devant la création et à l’adorer alors que bien que ces créatures aient une main, un pied, une bouche, un nez, elles ne touchent pas, ne bougent pas, ne parlent pas et ne sentent pas. Dieu ayant horreur de l’idolâtrie, a été assez irrité de voir son peuple s’agenouiller devant le veau d’or. Heureusement que grâce à l’intercession de Moïse, Dieu a renoncé à sa colère. Dans sa miséricorde, il  supplie l’homme de revenir à Lui. Il a fini en posant la question à la communauté de savoir en qui est-ce qu’elle met sa confiance : en Dieu ou dans les idoles ?

A 19h 40, l’enseignement finissait et après la reposition, la messe a commencé ; elle a été animée par la chorale Adjogan. Les textes étaient ceux du jour  et l’homélie, une fois encore, l’homélie a été faite par le curé Herman HACHEME 

« Dieu, aujourd’hui encore veut nous secouer » ; c’est par ces mots que le curé a commencé son homélie ; de l’évangile de ce jour, il a insisté sur deux points :

-la prière ; puisque avant de choisir  les apôtres, pour qu’ils l’aident dans sa mission, Jésus a dû veiller et prier ; il lui a fallu rester en communion avec son Père ; ainsi en a-t-il été à tous les instants décisifs de sa vie.

-la deuxième chose à retenir,  a-t-il dit, c’est de sortir de sa torpeur, de son sommeil pour répondre à l’appel du Seigneur et le suivre, résolument.

Il a fini en priant le Seigneur de faire des fidèles catholiques de la communauté catholique d’Akassato de bons disciples.

Après son homélie, la messe a continué son cours normal et la prière post-communion a eu lieu à 20h40, heure à laquelle il y a eu exposition du Saint Sacrement puis intercession. Cette dernière a pris fin à 21 h puis la quête d’action de grâce a suivi. A 21h10, la bénédiction finale a été donnée.

          Le troisième jour, c’est-à-dire mercredi 13, comme les deux premiers jours, après l’accueil, le chapelet et la louange, l’enseignement a commencé à 18h45, après l’exposition du Saint Sacrement. L’enseignement a eu pour thème le psaume 115, 4-9.

Dans son développement, l’enseignant a rappelé que le thème du jour ressemble for bien à celui de la veille puisqu’ici, il est toujours question d’idolâtrie. Il a poursuivi en disant que Dieu a créé l’homme libre et ne souhaiterait pas qu’il entre et reste en servitude.

L’histoire du peuple de Dieu en esclavage en Egypte a été rappelée ; il a été aussi montré comment Moïse a été chargé de délivrer de la servitude le peuple de Dieu ; il a insisté sur ce que cette tâche n’a pas été facile pour Moïse car le peuple, dans sa marche dans le désert, s’est montré infidèle en rendant un culte à des idoles qu’ils se sont fabriqués de leurs propres mains. Comme la veille, le Seigneur invite son peuple à revenir à Lui car ces idoles ne peuvent pas conférer le salut ; l’exemple de Elie et les prophètes de Baal puis celui de Daniel dans la fosse aux lions ont été cités pour convaincre de ce quiconque met sa confiance dans le Seigneur n’est jamais déçu.

A 19h20 l’enseignement a pris fin et toute l’assemblée est sortie dans la cour pour la procession entrant dans le cadre de la troisième journée de prière. Au retour  en église, il y a eu reposition puis messe avec une touche spéciale : aspersion en début de  célébration en lieu et place de la pénitence. Comme d’ordinaire, les lectures étaient celles du jour et l’homélie a été faite par le curé Herman HACHEME.

Puisque l’évangile parlait des béatitudes selon Saint Luc, le Père a commencé son homélie par :  « bienheureux êtes-vous !» Il a ensuite invité l’assemblée à tendre vers les réalités du Ciel comme il a été recommandé par Saint Paul dans la première lecture. Il a mentionné que la voie que Jésus a prise est celle qui mène au Ciel et que pour être bienheureux, il est important de mettre ses pas dans ceux du Christ, c’est-à-dire le chemin de la souffrance, de la croix, tout en sachant que la souffrance n’aura pas le dernier mot. « Heureux, ceux qui pleurent car ils riront », a-t-il cité. Il a fini en invitant les fidèles à se mettre au service du Christ.

A 20h25, l’homélie a pris fin, la messe a continué et la prière postcommunion est intervenue à20h45 ; ensuite il y a eu exposition du Saint Sacrement plus intercession. Après la quête d’action, la bénédiction finale a été prononcée par le Père célébrant.

          Le quatrième jour, jeudi, le programme s’est déroulé comme d’habitude et à 19h45, il y a eu exposition du Saint Sacrement plus enseignement, enseignement dont le thème est tiré du livre du prophète Esaïe,  chapitre 44, verset 22. Le missionnaire a commencé son enseignement en  remarquant que depuis 4 jours, l’assemblée est en train de goûter à l’amour de Dieu et qu’entre ce dernier et l’homme, il existe une histoire, une histoire d’amour et que c’est cet amour que Dieu promet, par la voix d’Esaïe, de déverser à profusion sur son peuple en ce jour. Il a lui aussi rappelé l’histoire de la création et comment Dieu a tout mis entre les mains de l’homme et comment ce dernier s’est détourné de ce Dieu, faisant tomber sur lui tous les maux dont le péché. Il fallait un sauveur qui accepterait de porter sur lui les péchés et les malédictions qui pèsent sur l’homme. : ce sauveur, c’est Jésus de Nazareth, fils de Dieu, né de la Vierge Marie et dont le cousin, Jean Baptiste proclamait dans le désert :  « convertissez-vous et croyez à la bonne nouvelle… » pour obtenir que le Seigneur efface les péchés, par le sang de l’Autre, du Tout Autre, ajouta-t-il. Jésus même n’invitait-il pas le peuple à venir à lui, ce peuple qui ployait sous le poids du fardeau pour que Lui, Il lui procure le repos ? Il a fini en disant que Jésus est la source d’eau vive et c’est cette source qui promet ce soir de laver les fidèles présents de leurs péchés.

A 19h30, l’enseignement finissait et la procession dans la cour a commencé. Après la reposition, la messe a pris place  à exactement 19h55. Les lectures étaient toujours celles du jour : l’histoire du serpent de bronze dans le désert et Jean3,14-17 en ce qui concerne l’évangile.

L’homélie a été faite par le Père Herman HACHEME. Il a commencé son homélie par une question : qu’est-ce que la croix ? Il a continué en  disant la croix est ce qui permet d’identifier le chrétien, sa source de salut ; qui possède la croix possède tout. C’est sur ces mots qu’a pris fin l’homélie puis la messe a continué son cours pour finir à 20h45. Ensuite il y a eu exposition du Saint Sacrement puis intercession. Après la quête d’action de grâce, c’est à 21h25 que cette quatrième journée de prière a pris fin.

 Le thème de l’enseignement de ce cinquième jour est tiré du livre du prophète Esaïe, chapitre 43,1-5 où le Seigneur disait à son peuple de ne rien craindre car il l’a racheté et que quand il traversera les eaux, il ne s’y noiera pas et que même s’il traverse les flammes, il ne sera pas brûlé.

Dans son développement, le missionnaire a rassuré le peuple de Dieu présent en ce cinquième jour de prière et lui a demandé de tout abandonner,  de s’abandonner à Dieu car Il dit :  «  ne crains pas, je suis avec to »i. Il a continué en disant que Jésus  vient renchérir en disant : « n’ayez pas peur, c’est moi ». Il a ajouté, pour finir, qu’il importe que le chrétien soit conscient de son identité de fils de Dieu et à e titre, il ne devrait plus s’inquiéter de rien.

Après le tour dans la cour, il y a eu reposition puis la messe a commencé à 19h50.

Les lectures étaient évidemment celles du jour et l’homélie, cette fois-ci a été faite par le Père Francis ADIMOU qui est venu prêter main forte. Il a, d’entrée de jeu, remercié tous les fidèles pour leur présence en cette prière de Jéricho. Il a posé la question de savoir ce qui est important pour ces fidèles dans leur vie de foi ; il a ajouté que si tout ce qu’ils endurent aujourd’hui arrivait à son terme, est-ce qu’ils continueraient de venir à l’église ?

Il a demandé de retenir trois choses de l’évangile :

1-c’est celui qui reste debout, près de la croix, à côté de Marie qui est fils de Marie, mère de l’Eglise ;

2-Jésus a donné une mère, sa mère à l’église ; elle est donc la mère de tout le monde et qui s’attache à Marie ne manquera pas d’atteindre Jésus ;

3-il est important d’accueillir Marie dans sa vie ; à travers elle, l’on accueille toutes les souffrances du monde entier.

Il afini en priant Jésus d’essuyer leslarmes de tout le monde entier, à la prière de maman Marie.

Son homélie finissait à20h30 ; la prière postcommunion a eu lieu à 20h45.

Après l’intercession et la quête d’action de grâce, il y a eu bénédiction de l’eau, du sel, de l’huile des bougies, de l’encens, des sacramentaux et des femmes enceintes ; à 21h30, la bénédiction finale a été donnée.

          Le sixième jour, le thème de l’enseignement a été tiré du livre du Deutéronome 28,1-3. L’enseignant a mentionné que la condition sine qua none pour recevoir les bénédictions de Dieu, c’est de l’aimer ; Saint Jean ne disait-il pas dans  l’évangile : « si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez et vous l’obtiendrez » ?

Sur ces mots, il a invité toute la communauté à s’efforcer de demeurer en Dieu pour recevoir grâces sur grâces, bénédictions sur bénédictions.

A 19h30, l’enseignement finissait ; au retour dans l’église, à 19h50, il y a eu reposition puis messe. Les lectures étaient celles du jour et l’homélie a été faite par le Père Marius NOUGBODE. Il a commencé son homélie en faisant remarquer toute la richesse qu’il y a dans la parole de Dieu.

En se référant à la première lecture, il a souligné l’amour du Christ pour l’humanité et les raisons pour lesquelles le Christ est venu dans le monde : « pour sauver le monde de ses péchés », comme le rappelle Saint Paul. Il a continué en disant que le Christ a offert le pardon au genre humain ; de même, les hommes devraient se pardonner les uns aux autres.

Faisant un clin d’œil  à l’évangile, il a dit que c’est au fruit que l’on reconnait  l’arbre et que le bon arbre donne du bon fruit et le mauvais arbre, donne du mauvais fruit. Il a imploré le Seigneur d’aider la communauté catholique d’Akassato à donner du bon fruit et la grâce de la purification des cœurs, puisque c’est du cœur que viennent les désirs mauvais.

A 20h20 l’abbé Marius a fini son homélie ; la messe ayant poursuivi son cours, la prière postcommunion est intervenue à 20h35. Cinq minutes après, il y a eu exposition du Saint Sacrement plus intercession. Après l’intercession et la quête d’action de grâce, la bénédiction finale a été donnée à 21h25.

          Le dernier jour, dimanche 17 Septembre, le rassemblement a été prévu pour 15h30 au lieu de 18h30, messe des jeunes de 18h oblige. C’est à cette heure-là que le chapelet a commencé. A 16h, il y  a eu une forte louange animée par le Renouveau ; à 16h20, la procession dans la cour a commencé ; cette fois-ci, ce furent 07 tours bien comptés qui ont conduit à 17h20, heure du début de l’enseignement dont le thème est tiré du psaume 91, 5-7 : « ne crains pas…que 1000 tombent à ta gauche et 10000 à ta droite, toi tu seras hors d’atteinte… »

Le missionnaire a commencé son enseignement en chantant tout le psaume 91 en fon ; il a poursuivi en disant que  Jésus a reçu tout pouvoir sur la terre et aux cieux et à ce titre, le chrétien, celui qui est à l’image du Christ ne devrait rien craindre ; il invitait ainsi tous les fidèles à mettre leur confiance dans le Seigneur, en tout et partout. A 18h50 l’enseignement prit fin et après la reposition, la messe a commencé à 18h00.

Les lectures étaient celles du jour et l’homélie a été faite par le curé Herman HACHEME qui a commencé par remercier le Seigneur pour les sept jours de prière, pour toutes les grâces reçues et pour toutes les merveilles et les bienfaits dont Il a comblé la communauté catholique d’Akassato ; il a repris à son compte le refrain du psaume du jour : « bénis le Seigneur mon âme et n’oublie aucun de ses bienfaits ». Il a continué en rappelant brièvement les différents thèmes qui ont meublé ces sept jours de prière à savoir : promesse de bénédiction, invitation à se débarrasser des faux dieux et à s’attacher au Seigneur,  promesse de renouvellement et de guérison, pardon des péchés et rachat par le sang du Seigneur, déclaration d’amour faite par le Seigneur, rappel des commandements et bénédictions assorties, Seigneur comme abri et protecteur, respectivement lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche.

Allant plus loin et en se référant à l’évangile,  il a insisté sur le thème central de l’enseignement de Jésus : le pardon, pour clôturer ce jéricho, a-t-il dit. Il a repris la question de Saint Pierre : « combien de fois devrais-je pardonner à mon frère qui est coupable envers moi ; 7 fois ? », de même que la réponse de Jésus : « je ne te dis pas 7 fois mais 70 fois 7 fois », pour dire que Jésus invite à pardonner infiniment, quoique c’est difficile. Le Père n’a pas manqué de mentionner que le modèle même du pardon, c’est Jésus et il , le curé s’entend,  a invité à prendre exemple sur le Christ qui est allé jusqu’à pardonner ses bourreaux « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ».Il n’a pas oublié de dire, pour finir son homélie,  que le pardon libère et que la force de pouvoir pardonner se reçoit de Jésus.

A 18h40, l’homélie finissait avec la profession de foi ; c’est à 19h10 qu’est intervenue la prière postcommunion, puis place a été faite aux communiqués.

A 19h20, il y a eu exposition du Saint Sacrement plus intercession puis forte louange jusqu’à 19h50 où la bénédiction finale a été prononcée.

C’est ainsi que s’est déroulée  la prière de 07 jours organisée sur la Paroisse Notre-Dame de l’Immaculée Conception d’Akassato, en prélude à la rentrée 2017-2018, dans une liesse générale et la certitude d’avoir été touché par Jésus-Christ, qui a vraiment secoué.

                                                                    L’équipe média