Archidiocese de Cotonou

Synthèse 2eme journée Quasimodo 2016

Résumé 1ère Communication

Comme à l’accoutumée les travaux de la deuxième journée des assises  de ce quasimodo 2016 ont commencé par la prière du Veni Creator. Mgr Antoine GANYE, après des salutations d’usages et des mots d’encouragements a exhorté les uns et les autres à l’amour de l’Eglise. « Lorsqu’on dit Eglise, vous devez bondir, lorsqu’il s’agit de l’Eglise je dois bondir », a-t-il insisté.

A la suite de Mgr, le coordonnateur général de nos assises, le père Victor SOGNI a annoncé les trois communications de la journée relatives à la catéchèse. Il s’agit :

- Des dispositions ecclésiales et pratiques de la catéchèse dans notre diocèse, présenté l’Abbé Wilfried LAWSON, directeur du Centre Catéchétique de Ouidah avec pour modérateur l’Abbé Christophe CAKPO.

- De la présentation du Règlement du catéchuménat de l’archidiocèse de Cotonou présenté par la Sœur Marie Antoinette LUGUDOR avec pour modérateur l’Abbé Ghislain KOUTOUKLOUI.

- De la présentation des propositions faites à Mgr par le synode diocésain sur la catéchèse présenté par l’Abbé Charles ALABI avec pour modérateur l’Abbé Ghislain SANNY.

Pour une bonne gestion du temps, le Père Victor SOGNI a expliqué la méthode de travail en trois points :

-         Ecouter les communications

-         Noter les points saillants dignes d’intérêts,

-         Faire des propositions concrètes en vue d’un renouveau de la catéchèse qui nous préoccupe et qui doit nous occuper.

La première communication s’articule autour de trois grands points à savoir :

-         Catéchèse et évangélisation

-         Dispositions de l’Eglise et pratique diocésaine de la catéchèse

-         Renouvellement des manuels de catéchisme.

A cette première partie, pour saisir le lien organique qui existe entre évangélisation et catéchèse, il faudra entrer dans l’intelligence de ces deux concepts.  Évangéliser, c’est annoncer l’Évangile, porter la Bonne Nouvelle à toute l’humanité afin de la convertir, c’est annoncer l’évangile du Christ à ceux qui l’ignorent. (cf Evangelii Nutiandi du Pape Paul VI). Il s’agit du Kérygme.  La catéchèse pour sa part, se distingue de cette première annonce. Elle poursuit un double objectif : faire mûrir la foi initiale et éduquer le vrai disciple du Christ. La Tradition de l’Eglise et les Saintes Ecritures, le Magistère de l’Eglise, les pères de l’Eglise constituent les sources possibles auxquelles cette catéchèse pourra puiser ses richesses. La catéchèse, loin d’être une entreprise personnelle, a pour vrai sujet l’Eglise. Elle est alors une action de nature ecclésiale dont les tâches selon le Directoire Général de la Catéchèse se présentent comme suit :

-Favoriser la connaissance du contenu de la foi 

– œuvrer à une éducation liturgique

-– assurer une formation morale 

– Enseigner à prier .

Lorsque la catéchèse est donnée dans un climat de prière, l'apprentissage de toute la vie chrétienne atteint toute sa profondeur. Le but visé à travers ces différentes tâches est de :

1. Mettre l’homme en communion avec Jésus-Christ

2. De l’amener à la profession de foi au Dieu UN et Trine.

3. De l’accompagner dans sa vie

Dans la deuxième partie le père communicateur a exposé quelques dispositions et pratiques de la catéchèse diocésaine tirées  du Directoire. Il s’agit :

- Des acteurs de la catéchèse: l’Evêque, les prêtres, les religieux et religieuses et les fidèles laïcs du Christ.

- De la formation des catéchistes

Dans notre diocèse nous distinguons trois types de catéchistes : Les catéchistes permanents, les catéchistes semi-permanents et les catéchistes volontaires et bénévoles.

A toutes fins utiles, nous devons garder à l’esprit que la finalité de nos réflexions dans le domaine de la catéchèse est de parvenir à un renouveau de la catéchèse dans notre archidiocèse, renouveau qui rime avec les réalités humaines, culturelles, économiques et sociopolitiques du temps présent. C’est pourquoi, il urge de penser à une actualisation des manuels  de catéchisme. Dans ce sens, le Père Roger SEVOH a présenté un travail très intéressant à ce propos dans son mémoire de Licence Canonique. Il  a identifié de nouveaux thèmes qu’on peut insérer dans le cheminement initiatique catéchuménal.

C’est dans cette attente du renouveau de la catéchèse que le père Wilfried LAWSON, le chargé de la catéchèse dans notre archidiocèse a mis un point d’orgue à sa communication.

Dans cet esprit, à la suite de son exposé des propositions ont été faites. En voici les plus pertinentes :

-Veiller à la formation et à la qualité des catéchistes : n’est pas catéchiste qui veut, mais qui a les aptitudes requises selon l’appel du Seigneur

-Promouvoir la catéchèse domestique assurée par les parents et la catéchèse post catéchuménale.

-Promouvoir la formation permanente des laïcs avec deux assises : une paroissiale et l’autre diocésaine

- insister sur la présence des prêtres dans l’enseignement de la catéchèse

- formaliser et systématiser le Kérygme et  la catéchèse : Réussir à une nette séparation du catéchuménat du pré-catéchuménat.

- Faire la promotion des catéchistes permanents sur les paroisses qui seront habilités à prendre en main l’organisation de la catéchèse. On pourra penser à leur rémunération.

-Créer une Ecole Normale des Catéchistes.

-Apprendre à prier aux catéchumènes : il s’agit d’une insistance. Au lieu d’apprendre aux catéchumènes des prières de combat pour prendre autorité sur le Malin, vaut mieux les aider à cultiver l’union intime avec Dieu qui est le socle de tout combat. Ceci évitera de tomber dans le piège des prières magiques.

-Trouver des moyens pour intégrer les catéchumènes en formation et enfin de formation à la vie de la communauté.

- En attendant de rompre avec la pratique des cartes de messes, l’équipe sacerdotale doit réussir à créer une ambiance d’amitié avec les catéchumènes. Ces derniers iront à la messe, non par contrainte, mais par amour. Ce qui éviterait que le catéchisme prenne une allure scolaire.

-Au lieu d’une formation purement intellectuelle, réussir à amener les catéchumènes à faire une expérience personnelle du Christ.

-Instaurer une journée paroissiale des femmes pour leur rappeler leur mission en famille et en Eglise.

Résumé 2ème Communication

La 2ème communication a été présentée par la Sœur Marie Antoinette Lugudore. C’est une présentation du Règlement du Catéchuménat adopté en 1965 dans notre Archidiocèse. La redécouverte de ce texte de référence a donné lieu à une vague de reconnaissance aux Anciens par rapport à la qualité du travail et la vision claire de son contenu. Les 4 étapes qui y sont proposées sont: le Pré-catéchuménat, le Catéchuménat, le Baptême et le Néophytat.

La période du Pré-catéchuménat est le moment où on appelle le païen à se convertir au Christ dans le but de recevoir le baptême pour être son disciple. Grâce à l’annonce de l’Evangile, l’aspirant à la vie chrétienne devient postulant et a un parrain et une marraine qui sont chargés de conduire ses premiers pas dans la foi et de l’accompagner autant que possible.

Le Catéchuménat, proprement dit, est un noviciat de la vie chrétienne au cours duquel, le catéchumène reçoit une formation basée sur la Parole de Dieu qui le conduit progressivement à la prière et à un vécu conséquent.

La réception du sacrement du Baptême marque l’instant le plus essentiel dans la vie du catéchumène car il aboutit à une communion avec le Christ pour vivre désormais dans l’univers des enfants de Dieu.

Le Néophytat est la vie du nouveau baptisé. Il poursuit sa formation catéchétique, de préférence dans un mouvement paroissial ou un groupe de prière et reçoit le sacrement de pénitence en se conformant aux enseignements reçus.

En un mot, ce Règlement du Catéchuménat en 68 articles, trace un processus de croissance dans la foi qui conduit la personne humaine du paganisme à la vie en plénitude dans le Christ.

Après cet exposé, nous avons eu des échanges qui peuvent être articulés en trois axes. D’abord, au sujet du Pré-Catéchuménat, les intervenants ont suggéré d’enrichir la Première Etape actuelle avec des éléments du Règlement pour approfondir le passage d’une vie ancienne à une nouvelle. La rupture s’impose comme un moment clé de ce passage. Une rencontre avec les parents, parrains et marraines devra témoigner en faveur du futur catéchumène qui sera accueilli comme tel par le biais d’une recollection.

Ensuite, il a été souhaité que le Catéchuménat soit enrichi de l’alphabétisation pour introduire les non scolarisés dans l’univers de la lecture de la Parole de Dieu. Il faudra aussi considérer le nouveau type d’apprenants que nous avons de nos jours pour renouveler les manuels de catéchisme. La nouvelle réforme de notre catéchèse devra mettre un accent particulier sur la formation de nos catéchistes avec le mot d’ordre de les pousser à y participer. Avec le risque que courent nos écoles d’ébranler l’ancrage paroissial des apprenants catéchumènes, paroisses et établissements scolaires catholiques devront se mettre ensemble pour harmoniser leur orientation spirituelle.

Enfin, la réception du Baptême ayant comme moment naturel la Nuit pascale, comment faire pour rendre la liturgie plus compréhensible avec le risque d’exagérer dans la durée? Dans quelle mesure, pouvons-nous aussi trouver du temps pour rassembler les Néophytes le Dimanche soir pour les instruire dans la foi ? Au sujet des livrets de catholicité, l’enregistrement à l’état civil et dans les registres paroissiaux pose quelques fois des difficultés. La réforme tiendra compte de cela pour qu’il y ait harmonisation entre les deux listes.

 En ce qui concerne les difficultés liées à la réadmission, il a été suggéré la méthode suivante : un mois avant le Carême, un communiqué exhorte ceux et celles qui souhaiteraient renouer avec les Sacrements à se manifester. Ces derniers seront présentés à la Communauté au début du temps de Carême. Ce temps permettra de cheminer avec eux notamment au creuset des textes johanniques de l’Aveugle-né, de la Samaritaine et de la résurrection de Lazare. Une recollection vient achever cette préparation en vue de la réadmission.

Grâce aux documents postconciliaires, ce Règlement pourra être mis à jour pour répondre aux exigences actuelles que nous appelons de nos vœux.

Résumé 3ème Communication

La dernière communication de la journée a consisté en la présentation du travail de réélaboration catégorielle des différentes propositions ayant émergés au long de la marche synodale relativement à la réforme de la pastorale catéchétique dans l’église famille de Dieu à Cotonou.

C’est ainsi que l’on distingue quatre catégories de propositions  faites par le synode en vue de faire de l’activité catéchétique dans notre église locale, le cadre général où la foi chrétienne expose son intelligibilité et engage son sujet à l’agir cohérent qui en découle. Voici énumérées les 4 catégories retenues : la catégorie relative à la Pédagogie catéchétique, la catégorie outils didactiques, la catégorie des propositions relatives au sujet catéchisé et enfin la catégorie ayant rapport aux sacrements de service.

  1. Dans les propositions catégorisées « Pédagogie catéchétique », il faut surtout ressentir l’appel des délégués synodaux à approfondir comme tâches de la catéchèse, certains défis au regard des déficits notés sur le tissu ecclésial actuel. Aussi, outre les tâches fondamentales de la catéchèse, le synode a-t-il souhaité retrouver dans le déploiement de la catéchèse, d’abord la centralité du baptême comme fondement de l’identité chrétienne. Ensuite, la spécificité de la foi chrétienne par rapport aux autres sensibilités religieuses. Et enfin, l’insistance sur le primat du commandement de l’amour absolu dû à Dieu sur le 4e commandement de l’honneur redevable aux parents.
  1. En ce qui concerne la catégorie « outils et didactiques », il est à retenir d’une part la recommandation du synode de créer une école normale de formation des catéchistes et d’autre part, la rénovation des manuels de catéchisme en cohérence avec le Catéchisme de l’Eglise Catholique avec une sensibilité réelle aux défis actuels du monde contemporain.
  1. La troisième catégorie de propositions est relative au sujet catéchisé. Sous ce libellé, se déploient les propositions qui touchent à la fois et le but de la catéchèse, et l’organisation pratique du parcours catéchuménal. Le but fondamental de la catéchèse étant d’amener le sujet catéchisé à la rencontre avec le Christ, le synode a suggéré que soit revaloriser harmonieusement la méthode existentielle et personnaliste qui permette au catéchumène de faire au cœur de la communauté chrétienne une vivante et vivifiante rencontre avec le Christ et d’en témoigner à travers une vie en cohérence avec sa foi. En la matière, l’expérience des mouvements charismatiques mérite une observation minitieuse.

Au plan des possibles reformes du parcours catéchuménal, le synode a surtout recommandé : l’instauration d’une année catéchétique de type kérygmatique ; la systématisation de la formation permanente comme catéchèse d’accompagnement ; la promotion de l’ancrage communautaire des catéchumènes à travers leur participation et appartenance systématiques aux groupes et associations paroissiaux.

  1. La dernière catégorie relative aux sacrements de service renferme les propositions liées au contenu catéchétique invité à intégrer une catéchèse appropriée des sacrements des services, en l’occurrence le sacrement de mariage. La proposition du synode consiste fondamentalement à mettre en relief la beauté de l’amour humain et à encourager les couples au sacrement de mariage. Ce dernier devant être vu dans le prolongement du baptême et dans sa relation avec la finalité de la vie chrétienne : la sainteté.