logo EGLISE 003

ARCHIOCESE DE COTONOU

s25

 

Textes : Ez 3, 7-12.14 / Rm 8,8-11/  Jn 11,1-45

Fils et filles bien aimés dans le Christ

Dans la première lecture que nous venons d’écouter, le prophète Ezékiel annonce à Jérusalem l’espoir « Revivre les ossements desséchés » ; et c’est justement ce que fait en nous le baptême. Saint Paul dans la deuxième lecture insistera sur la vie du baptisé, une vie habitée par l’Esprit du Seigneur pour vaincre la mort physique.

Dans les évangiles, nous avons constaté que tout miracle avait forcément un sens et visait à donner un message. Que veut alors nous dire Jésus en ressuscitant Lazare ? La résurrection de Lazare à Béthanie est l’introduction immédiate à la passion et à la Résurrection. C’est aussi le dernier texte par lequel l’Eglise prépare les catéchumènes à comprendre le mystère du baptême. Jésus affirme « Celui qui croit en moi, même s’il meurt vivra. Qui vit croit en moi ne mourra jamais. »

Ces paroles sont fortes. Même si Jésus, en ressuscitant Lazare, procure la joie à Marthe et à Marie, ce geste se veut être le signe d’une autre vie qu’il veut donner. La vie dont il parle est d’une autre nature que la simple vie biologique naturelle : il s’agit de la vie divine, la vie éternelle. En Ressuscitant Lazare, Jésus veut nous faire passer d’une vie matérielle à une vie en Dieu. Et ce passage se fait par le moyen de la foi. On remarquera d’ailleurs que le mot foi est employé huit fois dont six fois dans la bouche de Jésus. Ce cheminement dans la foi, Marthe l’a fait de façon progressive. Elle dit : « Je sais que mon frère ressuscitera au dernier jour ». Mais lorsque Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Crois-tu cela ? », elle passe de la foi en la résurrection finale au dernier jour à la foi en la parole de Jésus qui donne la vie aujourd’hui même à celui qui croit en lui. C’est très explicitement le but de ce miracle. Jésus l’exprime en ces termes : « Père, je te rends grâce parce que tu m’as exaucé… Si j’ai parlé, c’est pour cette foule qui est autour de moi, afin qu’ils croient que tu m’as envoyé »

Ce texte nous permet par ailleurs d’avoir une autre conception de la mort. Le retour de Lazare à la vie est appelé par abus de langage, résurrection. Mais en réalité, c’est une revification puisque Lazare mourra tout de même après.

Bien aimés dans le Christ, deux autres choses frappent encore dans l’Evangile : le retard de Jésus qui montre que Dieu prend tout son temps avant de répondre. Nos prières sont exaucées mais c’est Dieu qui choisit le moment et la manière de répondre. Les pleures de Jésus montrent que Jésus a effectivement épousé notre humanité. En lui, il y a la douceur, la grande amitié, la tendresse de Dieu.

En ce 5ème dimanche de carême que Dieu nous aide à parvenir à la foi véritable, à la foi qui sauve et qui donne la vie éternelle.

                                                  Père Marius NOUGBODE, vicaire

 

Partagez !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

EVENEMENTS

INFORMATION

FORMATION

SPIRITUALITE