logo EGLISE 003

ARCHIOCESE DE COTONOU

s25

Sainte Trinité / Zopah 18h40, le soir tombe déjà, mais sur la paroisse sainte Trinité de la Zopah, les cœurs sont loin de perdre l'état de veille et le bonheur qui les anime à la nouvelle que leur Père évêque vienne jusqu'à eux. Après le mot de bienvenue du curé, le Père Amédée ADJE, c'est le coordonnateur paroissial, Monsieur Innocent BOSSOU qui a donné un aperçu de l'histoire et de la vie de la paroisse.

 

 

3.1. Présentation de la paroisse

 

 

Historique : En 2008, elle venait de naître comme une toute petite communauté ecclésiale de base de la paroisse Notre-Dame de l'Immaculée Conception que Mgr a précédemment visitée. Trois ans après, le 25 décembre 2011, elle devenait une station de la même paroisse. Quatre ans ensuite, le 03 octobre 2015, elle est créée paroisse. Une croissance fulgurante ! Une station créée le 12 décembre 2004 par le Père Ignace DELLOUH, placée sous le patronat de sainte Jeanne d'Arc et située à Zoundja lui est annexée. Le nombre des catéchumènes de la paroisse, de la station et des écoles fait un total de 646 répartis en 42 classes et encadrés par 60 catéchistes. Sept chorales, quatre groupes de prière et cinq mouvements et associations sont présents sur la paroisse. Trois communautés religieuses sont implantées : les sœurs de la Providence de la Pommeraye, les Sœurs de la Congrégation romaine dominicaine, les sœurs de sainte Thérèse Servantes de la passion. Difficultés et perspectives. Les difficultés sont tout autant nombreuses : l'inexistence des salles de catéchisme, l'église en matériaux précaires, l'insécurité du milieu non éclairé qui empêche les fidèles d'aller aux messes quotidiennes, le manque de place dans l'église les dimanches et lors des grandes célébrations, le non-accès au français ou au fon dans ce milieu cosmopolite; la station quant à elle ne dispose que de deux parcelles de terrain non recasées ; le besoin de renforcement de l'équipe sacerdotale. De nombreux efforts sont toutefois fournis pour la finition des travaux du presbytère et des bureaux, pour la construction des toilettes publiques, pour le projet de construction d'un lieu de culte et de salles de catéchisme. La communauté a offert à Monseigneur un sac de 100 kilos de maïs, de 50 kilos de riz et un bidon de 25 litres d'huile.

 

3.2. Réponse de Mgr l'archevêque

 

En prenant la parole, Mgr a remercié la communauté pour sa grande mobilisation et pour sa forte présence. Il a souligné qu'elle avait déjà donné la preuve de ces qualités lors de son ordination épiscopale. Il félicite également sa foi robuste qui a été pour beaucoup dans sa croissance fulgurante et qui l'aide encore maintenant à trouver progressivement des réponses à ses différents problèmes. Il a ensuite laissé la parole à la communauté pour les questions.

 

3.3. Échanges avec les fidèles

 

La première intervention appelait sur Mgr la bénédiction de Dieu pour qu'il soit un pasteur selon le cœur de Dieu, un pasteur plein d'initiatives comme Mgr Isidore de SOUZA que l'intervenant a particulièrement connu.

 

La deuxième intervention se ramifiait en trois préoccupations :

* Pourquoi un dominicain évêque ?

* Pourquoi seule la chorale Yoruba n'a pas chanté à l'ordination épiscopale de Mgr ?

* Est-il possible de renforcer l'équipe sacerdotale de la paroisse ?

 

Un dominicain évêque, parce que membre du peuple de Dieu. Et c'est justement au cœur de son peuple que Dieu se choisit des ministres pour le service apostolique. Par ailleurs, les congrégations font partie de l'église, et chacune selon le charisme qui lui est propre, prend sa part de mission pour l'avancement du règne de Dieu. C'est donc le déploiement d'un charisme particulier quand l'Église choisit un religieux pour être évêque ou pape. Pour la deuxième préoccupation, Mgr a expliqué que c'est justement ici qu'il apprend que c'est seulement la chorale Yoruba qui n'a pas chanté le jour du sacre. N'étant pas pour sa part impliqué dans l'organisation, les organisateurs seraient mieux placés pour donner une réponse juste à la préoccupation. La dernière question ayant été antérieurement posée, il faut préciser que le fait qu'il n'y ait qu'un seul prêtre suscite particulièrement l'attention de l'archevêque qui promet s'y pencher.

 

 

La troisième intervention demandait que la station de Zoundja qui est passée tour à tour sous l'autorité de saint Antoine de Padoue, de Saint Michel de Gbodjo et de sainte Trinité de la Zopah puisse obtenir son autonomie par son élévation au rang de paroisse. Mgr a expliqué ici, tout comme aux fidèles de Adjagbo que la création d'une paroisse présuppose certaines conditions que la station n'a pas encore rempli, à commencer par la question de parcelles dont elle ne dispose pas. Le dernier intervenant a expliqué que les efforts de la communauté pour se doter d'infrastructures adéquates ne sont pas toujours peuvent prendre beaucoup de temps. S'il est possible que Mgr fasse un prêt à la communauté et quisera payé, elle pourra régler assez tôt les problèmes.

 

Après un chant de la chorale Arigbo, Mgr a invoqué la bénédiction du Seigneur sur toute la communauté, puis il s'est rendu au presbytère. À 19h40, Mgr a pris la route pour la maison des sœurs dominicaines de la Zopah où les prêtres, religieux et religieuses des trois paroisses visitées l'attendaient pour les vêpres et le dîner tant copieux que fraternel et joyeux. SEHLIN Romaric

Partagez !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

EVENEMENTS

INFORMATION

FORMATION

SPIRITUALITE