logo EGLISE 003

ARCHIOCESE DE COTONOU

s25

La visite à Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face / Adjagbo

 

Nous nous souvenons sans doute de celle qui a dit : "L’unique bonheur sur la terre, c’est de s’appliquer à toujours trouver délicieuse la part que Jésus nous donne" (L 257). La paroisse placée sous son patronat a reçu comme une part divine la visite pastorale de Mgr l'archevêque sur sa terre, et elle en a fait ses délices. Accueilli à 16h10 au milieu des chants et des danses, Mgr, après le temps de recueillement qu'il observera aussi sur les autres paroisses, s'est assis pour se mettre à l'écoute de la communauté paroissiale.

 

1.1. Présentation de la paroisse

Le porte-parole des fidèles d'Adjagbo n'a pas omis de souligner la position de choix que leur paroisse occupe dans le calendrier de la visite. Cette communauté a vu le jour le 11 février 1920 et fut consacrée le 14 février 1924. Elle fêtera son centenaire dans moins de 03 ans. Devenue paroisse le 22 septembre 2012, quatre stations lui sont associées, et elle a enregistré à ce jour 693 baptêmes, 64 mariages, 1072 catéchumènes encadrés par 81 catéchistes. Cette poussée de la foi se heurte cependant à de nombreuses difficultés :

  • Le syncrétisme et la grande influence des sectes 
  • L'insuffisance des salles de catéchisme au point où la paroisse a dû recourir à une école publique qui leur prête une dizine de classes. Mais les mesures actuelles du gouvernement amèneront bientôt à interdire l'utilisation des salles d'école à d'autres fins.
  • La programmation des Travaux Dirigés et des cours de rattrapage aux heures de catéchisme le samedi et aux heures de messe les dimanches par les promoteurs de l'éducation programment. 
  • Les problèmes domaniaux auxquels les stations sont confrontées.

1.2. Réponse de Mgr l'archevêque

Mgr a exprimé sa joie d'être avec la communauté et la remercie pour sa délicatesse. Il a remercié en particulier les pasteurs qui ont travaillé à l'obtention de si bons résultats et a invité la communauté à remercier d'une part ses pasteurs et à se féliciter d'autre part de ses propres efforts. L'occasion lui est aussi heureuse de leur dire toute sa reconnaissance pour leur mobilisation aux heures de son ordination. Il a longtemps caressé le désir de les rencontrer pour leur exprimer du fond du cœur sa gratitude et pour les convier à davantage développer cette sollicitude dont il a grand besoin dans sa tâche apostolique. En revenant à leur mot qu'il a écouté attentivement, il salue la vitalité de la communauté dont témoigne leur présence si nombreuse. Il prend la mesure des immenses défis qu'ils ont énumérés. Toutefois, ses réponses ne pourront pas épuiser la longue liste de difficultés auxquelles le vécu de leur foi est appelé à faire face quotidiennement. Mais, cette visite a bien l'avantage de lui permettre de prendre contact avec eux, de connaître leurs problèmes. C'est justement pour mieux approfondir cette connaissance de leurs conditions, qu'il leur laisse la parole pour exprimer leurs interrogations.

1.3. Échanges avec les fidèles

  • La préoccupation la plus importante est la construction d'une école catholique pour être sûre d'une part de l'orthodoxie des valeurs que les enfants y reçoivent, et d'autre part pour résoudre le problème de cours aux heures de catéchisme ou de messe. 
  • En appréciant à sa juste valeur l'urgence et la pertinence de cette demande, Mgr a promis à la communauté d'Adjagbo d'y réfléchir véritablement. La question de terrain où construire cette école devient alors le premier défi. 
  • Le renforcement de l'équipe sacerdotale de la paroisse en raison de l'immensité de la tâche à accomplir. 
  • En reconnaissant la légitimité de cette préoccupation que lui-même porte avec eux, Mgr appelle les fidèles à prier pour que Dieu envoie des ouvriers à sa moisson. 
  • Pour trouver une réponse au fait que l'équipe sacerdotale est débordée par le travail, un intervenant a suggéré que deux stations deviennent paroisses. 
  • Ici, Mgr a expliqué qu'il y a des conditions élémentaires à remplir pour accéder à ce statut. Il faut un presbytère, un prêtre et la garantie que la communauté dispose des moyens de se prendre en charge. Comme le dit le Christ même dans l'évangile, devant toute entreprise, il faut s'asseoir pour voir si on a de quoi aller jusqu'au bout. Sur ce point, le Père curé, Frédéric SODOKPA a assuré lui-même qu'aucune des stations n'a encore la capacité de devenir paroisse.

À plusieurs reprises, les intervenants ont parlé de la "sécurisation" de certaines stations.

Les explications demandées par Mgr lui ont permis de comprendre qu'ils entendent par "sécurisation", les questions de litige, l'inexistence de titres fonciers, la remise en cause de la légitimité de ceux qui ont donné les parcelles de terrain. Selon les explications du curé, le Père Luc au service des affaires domaniales à l'archevêché est au courant de la situation, et sa résolution semble en bonne voie.

Partagez !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

EVENEMENTS

INFORMATION

FORMATION

SPIRITUALITE