logo EGLISE 003

ARCHIOCESE DE COTONOU

s25

Méditation des textes du cinquième dimanche de pâques, année A (akassat)

 

    Dans l'évangile de ce dimanche, Jésus nous est présenté comme le « chemin ». En lisant ce texte, je voudrais avoir une pensée de prière pour toutes les personnes qui errent sur les chemins du monde sans savoir où ils passeront la nuit. Beaucoup avaient eu une belle situation, un métier, une vie de famille. Puis il y a eu un événement qui a fini par les jeter à la rue, et ils partent sans savoir où leur chemin les conduira. Prions pour elles et que le Seigneur nous épargne cela.

Mais quand Jésus nous dit qu’il est le chemin, c’est tout autre chose. Il ne s’agit pas d’un chemin d’errance. Il nous annonce le but et l’aboutissement de notre vie chrétienne : le ciel. Lui-même y est toujours auprès de son Père. Et en même temps, Lui seul est capable de nous y conduire. En effet, son grand projet, c’est de rassembler tous les hommes. Voilà pourquoi il nous prépare une maison dans laquelle tous, nous nous  sentirons accueillis avec amour.

     Jésus ne se contente pas de nous montrer seulement le chemin. Il est lui-même « le Chemin ». En dehors de lui, nous allons à notre perte, nous allons à notre ruine. Personne ne peut aller vers le Père sans passer par lui. C’est donc lui qui nous révèle le vrai visage de Dieu. Cet évangile devient pour nous, un appel à l’espérance, même si nous sommes souvent « bouleversés » par les incertitudes et les épreuves de la vie. Le vouloir du Christ est de ne pas nous laisser  succomber au découragement, ni sombrer en face de ces difficultés.

Ceci dit, il nous faut aussi bien comprendre que ce chemin n’est pas celui de la facilité. Il est étroit, contrairement à nos chemins humains très larges où le malin cherche par tous les moyens à nous tirer dans ses pièges : course à l’argent, violence, haine,  rancune. Tout cela nous détourne du vrai but de notre vie. En ce jour, cela vaut la peine de nous interroger : Jésus est-il vraiment notre chemin, notre vérité et notre vie ? Est-ce vraiment lui que nous suivons ? Si ce n’est pas le cas, prenons l’engagement  de revenir à lui de tout notre cœur. Convertissons-nous et croyons vraiment  à l’Evangile.

     L'extrait du livre des Actes des Apôtres que nous avons écouté en 1ère lecture, nous montre comment les premiers chrétiens ont suivi ce chemin du Christ. La Parole de Dieu est annoncée aux païens. Les veuves ne sont plus abandonnées à leur triste sort ; elles reçoivent une aide. Le partage des services se met en place. Et  ainsi la vie de communauté est née à la suite du Christ. C’est important pour nous aujourd’hui de le savoir.

     Chers frères et sœurs, prenons exemple sur eux pour développer dans nos communautés ce même esprit de fraternité et de charité. Ainsi comme jadis, la parole de Dieu peut être toujours annoncée à temps et à contretemps, et le service des petits, des pauvres et des exclus, devenir une réalité vivante au sein de nos communautés. Car il n’est pas possible d’annoncer la bonne nouvelle de l’Evangile à des gens qui ont faim. A travers eux, c’est le Christ lui-même qui nous interpelle.

     Dans la seconde lecture, saint Pierre nous invite à nous approcher du Seigneur Jésus. Nous nous rappelons que dans l’Evangile, il nous parlait de la Maison du Père qui contient de « nombreuses demeures ». Ici, saint Pierre nous dit que Jésus en est « la pierre angulaire que les hommes ont éliminée mais que Dieu a choisie parce qu’il en connaît la valeur. » Cette maison dont il parle, nous en sommes les pierres  de construction. Et c’est le lieu de nous poser la question aujourd’hui : dans l’Eglise comment suis-je pierre vivante ? Comment je construis sur la fondation qu’est le Christ ? Comment je vis la fraternité ? Comment je suis témoin de l’amour ?  En tant que disciples, il est donc urgent de montrer à tous que nous savons qui nous sommes et où nous allons.

     Que le Christ qui est notre Chemin, notre Vérité et notre Vie,  nous guide vers le Père, nous enracine dans sa Vérité, et nous communique sa Vie. Ainsi par notre vie de témoignage, nous pourrons dire comme saint Paul : « pour moi vivre, c’est le Christ ». Amen!

                                Père Herman HACHEME, Curé

PRESENTATION DE LA CINQUIEME SEMAINE DE PAQUES (pahou)

PRESENTATION DE LA CINQUIEME SEMAINE DE PAQUES : ANNEE A (Du 14- 05 au 20-05-2017)

« Moi, je suis le chemin, la vérité et la vie; personne ne peut aller au Père sans passer par  moi  » St Jn14, 6.

À  travers la liturgie de ce dimanche, Jésus qui s’était révélé le Bon Pasteur, la porte, qui est venu pour que les hommes aient la vie et l’aient en abondance, le dimanche dernier, nous rassure de nouveau dans ce même Evangile de Saint Jean  quand il dit qu’il est le chemin, la  vérité et la vie.

Chers  frères et sœurs en Christ, Ressuscité, monté aux cieux, assis à la droite du Père, le Seigneur reviendra pour nous introduire dans la demeure de son Père ; l’accès à cette demeure n'est possible que par Jésus. C’est pourquoi il nous confirme qu’il est « le Chemin » et Saint Pierre, nous le désigne comme « Pierre Vivante » devenue la « pierre angulaire » dans la deuxième lecture (1P2 ,4-9).

En effet, fondés sur cette « Pierre d’angle », nous chrétiens qui avons répondu à l’appel de Dieu, constituons un ensemble vivant, le « Temple Spirituel ».

Nous sommes désormais les co-responsables et  devons  lutter avec foi à cette construction pour son développement harmonieux. C'est pourquoi chers Chrétiens, nous devons prendre notre part de la mission pour célébrer un culte agréable à Dieu à cause des noms glorieux que nous portons désormais : « race choisie, sacerdoce  royal, nation sainte, peuple qui appartient à Dieu ».

Cependant, dans la première lecture tirée du livre des Actes des Apôtres (Ac 6,1-7), les  douze très attachés à la prière et à la parole de Dieu ont proposé d’établir sept frères. Ils seront chargés du « service des repas » dans le but de respecter les différences tout en sauvegardant la communauté.

Aux autres jours de la semaine, nous continuons de revivre toujours l’histoire des Apôtres. Paul et Barnabé qui ont consacré  leur vie pour la cause de l’Evangile, sous la mouvance de l’Esprit Saint ont ouvert à beaucoup de nations païennes la porte de la foi. Ils accomplissent beaucoup de signes dont l’un des exemples le plus typique est celui de l’infirme de naissance.

De même, après  l’intervention de Simon- Pierre et Jacques, Jude  nommé  Barsabbas et Silas ont été choisi à l’unanimité par les Anciens et toute l’Eglise de Dieu dans le but de réconforter et d’affermir les nouveaux convertis d’Antioche.

Quant aux propos rapportés par St Jean dans  les  Évangiles, Jésus la vraie vigne a largement insisté sur l’amour, la foi et la fidélité en ses paroles. Il nous exhorte à demeurer dans son amour pour devenir de véritables sarments par les fruits que nous aurions à porter. C’est en ayant une telle attitude qu’il pourra nous appeler « Ses amis ».

Chers  chrétiens, sachons tout simplement que loin du Christ-Jésus, le Royaume des Cieux est impossible. Pour ce faire, faisons l’effort de demeurer dans son amour pour être de vrais sarments tout en suivant ses instructions. Que la Vierge Marie, Notre Dame de Fatima, nous soutienne chaque jour.

Pour vous permettre de méditer à fond sur le message du Christ cette semaine, nous vous proposons le thème suivant : « Demeurons constamment dans l'amour du Christ, chemin conduisant au Père Céleste ».

Puisse les saints Jean et Bernardin dont nous ferons mémoire cette semaine nous y aider. Amen !

                      Ingrid  KPANGON

      Paroisse  Sainte  Geneviève de Pahou.

Méditation (smichel)

« A travers les temps, le Ressuscité ne se lasse pas de nous chercher, nous ses frères égarés dans les déserts du monde. Laissons-nous provoquer par ses paroles et gestes, recevons de lui une vie pleinement humaine, joyeuse de se consacrer à l’amour.     

Pape François

Homélie 5ème Dimanche de Pâques 2017, Année A (smichel)

Frères et sœurs,

Le temps liturgique où nous sommes est celui où le Christ Ressuscité continue d’introduire tous les croyants dans les profondeurs de son mystère. Après trois dimanches des portraits du Ressuscité (2e, 3e et 4e), voici trois dimanches (5e, 6e et 7e) des adieux, où le Christ Jésus donne à ses disciples ses ultimes recommandations avec chaque fois la même phrase au début de l’Evangile : « A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père… ». En ce 5ème Dimanche du temps pascal, des principes de discernement nous sont offerts pour notre cheminement propre en chacune de nos vies à travers la péricope de saint Jean proposée à notre méditation (Jn 14, 1-12). Thomas a posé à Jésus la grande question, l’unique interrogation qui travaille toute l’humanité : « Nous ne savons pas où tu vas.» Quel est le but de la vie ? Le bonheur a-t-il un avenir ? Aucun homme ne peut vivre sans se donner des projets. Mais beaucoup se contentent d’objectifs à court terme : gagner de l’argent, élever une famille, progresser dans une profession ou une carrière, etc. Mais un jour ou l’autre, l’homme est appelé à se poser la question plus radicale, à long terme : « Où allons-nous ? Vers quelle fin ultime nous dirigeons-nous ? » Car, nous sommes tous des aveugles, des brebis blessées et égarées. Et rien d’autre que notre créateur, ne peut combler totalement notre soif de bonheur infini. Tel est notre point de départ, telle est notre situation lorsque le Christ qui est Chemin, Vérité et Vie vient nous chercher puisque beaucoup choisissent des chemins de perdition et vont vers leur malheur. Mais où nous conduit-il ?

Journées Paroissiales de la Jeunesse de la Paroisse NDIC Akassato à Lomé (akassat)

 

D’environ une quarantaine, les jeunes de la Paroisse Notre Dame de l’Immaculée Conception et leur Aumônier, ont séjourné du Samedi 29 Avril au Lundi 1er mai, dans la ville de Lomé (Capitale du TOGO); c’était pour le compte de la 6ème Edition des Journées paroissiales de la Jeunesse (JPJ), qu’ils ont mis le cap sur le territoire de l’Archidiocèse de Lomé précisément dans le doyenné Lomé –Est.

Il est 10H39 ce Samedi 29 Avril 2017 ; les jeunes d’Akassato ont pris départ de la paroisse pour le trajet : Allada –Ouidah-Comè- Hilacondji- Aneho-Lomé. Dans la capitale du Togo, c’est le centre d’Apprentissage Maria Auxiliadora (CAMA) au quartier Akodessewa, qui accueille la délégation du Bénin. Après l’immobilisation des bus, puis admission dans les dortoirs, la délégation n’a pas perdu de temps car les attendait au palais des congrès de Lomé, l’équipe d’accueil mise sur pied par le père Boris TOGBE, Aumônier décanal des jeunes du doyenné Lomé- Est, doyenné qui célébrait sa jeunesse à travers les JDJ.  

A 16H30 heure de Lomé, c’est dans  un palais des congrès archi-comble, que se sont installés chacun avec son ticket, les jeunes venus du Bénin pour assister au spectacle offert par neuf fédérations de chorale de jeune de paroisses. Un concert spirituel de plus de cinq heures d’horloge ambiante.

De retour au campement, les participants de la 6ème Edition des JPJ,  se sont retrouvés après le diner, autour de l’aumônier paroissial, le Père Marius NOUGBODE pour la relecture de la première journée d’activités. Cet exercice, aura permis à tous, de souligner les ratés et de définir la politique utile pour la réussite et l’atteinte des objectifs fixés au départ depuis Akassato pour ce voyage.

Au réveil le dimanche, il eut les services, le petit déjeuner puis départ a été pris pour le Lycée de Bè-Kpota pour vivre « la pâque des jeunes » avec les milliers de jeunes venus des paroisses telles que : Ste Maria Auxiliaroda de Gbényédzi ; St Joseph de Avepozo, Ste Maria Gorreti de Bè-Kpota ; Ste Lucie de Baguida ; Notre Dame de Lourdes de Bè-Adidomè ; Marie Reine du monde de Bè-Apéyémè ;   St Antoine Padoue d’Adakpamè ; St Dominique Savio de Anfamé. Au cours de l’Eucharistie, l’adresse du père Michel, s’est articulée sur les maux qui minent la jeunesse et l’exhortation à une prise de conscience. On retiendra pour la postérité que : « il faut vivre une enfance épanouie pour être un adolescent équilibré et devenir un adulte avisé ».    Avant la bénédiction finale, la délégation béninoise a été présentée à tous dans un bain de foule. 

Autour de quatorze heures, les jeunes d’Akassato se sont régalés à la plage avec au menu jeux et animations diverses.

Dans la soirée du dimanche 30 Avril, il y a eu la soirée de Gala au cours de la quelle, le King et la Queen of Elegance 2017 de la jeunesse d’Akassato, ont été choisis ; ils ont respectivement pour nom : Kevin TANHOUNNON de l’association EACICA et Conforte YEHOUENOU des lecteurs Jeunes. Ces deux ambassadeurs de la jeunesse paroissiale ont promis pour leur mandat, d’œuvrer, en collaboration avec le bureau exécutif de la coordination des jeunes à, booster la jeunesse, à la rassembler autour de projets  porteurs d’avenir. Rappelons qu’au cours de la même soirée il y a eu des plages d’éveils et d’exhibition  de talents culturels au sein de la jeunesse Paroissiale à travers (interprétations, danses, sketchs et humour)

Le lundi 1er mai, juste après les services, il y eu une rencontre sportive pour commémorer la fête du travail, entre les jeunes filles de la délégation béninoise et l’équipe féminine de centre de jeunes entretenue par la communauté salésienne de don Bosco sise  à Akodessewa.

La délégation,  après le rangement des lieux, a pris la route   et est revenue sainte et sauve à Akassato à 19H46. Plusieurs jeunes se sont révélés à travers cette sortie récréative. Ils ont témoigné avoir vraiment sympathiés avec leurs homologues.

Un  pari gagné donc pour le clergé et la coordination des jeunes pour cette première sortie hors du territoire Béninois. Et déjà les regards sont tournés vers l’Edition 2018, la 7ème , pourquoi pas toujours hors du territoire ?

Kamel FAVI, président de la coordination des jeunes.

Les comboniens s’entretiennent avec les aspirants de Tankpè (tankpe)

Journée mondiale de prières pour les vocations :

La paroisse Sainte Famille de Tankpè a accueilli en ce 4ème  dimanche de paques où l’Eglise universelle célèbre la journée mondiale de prière pour les vocations, une délégation de la congrégation des missionnaires Comboniens.

Les 03 émissaires de la congrégation se sont présentés à la communauté chrétienne de Tankpè au cours de la messe de 7h-45. A 11h ils ont eu un entretien avec les aspirants et aspirantes de la paroisse autour du message du Pape François.

Cette séance a aussi permis aux missionnaires de présenter leur famille religieuse. Selon ces émissaires Comboniens leur congrégation a été fondée en 1867 par Saint Daniel Comboni dans un contexte complexe où peu de missionnaires survivaient sur le continent ou lors du trajet qui les mènent en Afrique. Cette congrégation est présente dans plusieurs pays africains et est composé de deux branches dont une pour les filles qui se trouve au Togo et une autre pour les garçons ; la durée de formation est de 04ans chez les filles et 11 ou 12ans chez les garçons. Le but principal de cette communauté est de : « Sauvez l’Afrique par les africains ».

Fabrice Hedegbetan

Homélie à partir des textes du quatrième dimanche de pâques (akassat)

Depuis quelques années, la tradition de l’Eglise a consacré la 4ème Dimanche après Pâques à la prière pour les vocations sacerdotales et religieuses. Et prier pour les vocations, c’est d’abord rendre grâce pour les vocations qui ont déjà mûri et qui travaillent dans le champ du Seigneur. Alors c’est l’occasion heureuse pour nous de prier pour le Pape, les évêques, les prêtres, les diacres, les religieux et religieuses. Que le Seigneur les aide et les assiste dans leur mission. Qu’il les rende comme le Bon Pasteur dont le portrait nous est tracé et présenté dans l’évangile de ce jour.

Le Bon Pasteur, en effet, n’est pas un mercenaire. Pour le mercenaire, les brebis ne comptent pas vraiment. Quand il voit arriver le loup ou un animal prédateur, il fuit et laisse le troupeau. Alors que pour le Bon Pasteur, les brebis ont de la valeur. Il les connaît chacune par son nom et prend soin d’elles : « il leur donne la vie éternelle,  et jamais elles ne périront.»

Le Bon Pasteur n’est pas non plus un voleur ou un bandit. Le voleur ou le bandit escalade et ne vient que pour voler, alors que le Bon Pasteur connaît chacune de ses brebis par son nom et prend soin d’elles : « il leur donne la vie éternelle,  et jamais elles ne périront.»

Chers frères et sœurs, prions en ce jour pour tous les pasteurs que nous connaissons pour que le Seigneur les garde fidèles à la mission pour laquelle il les a appelés.

Le dimanche des vocations est le dimanche ou plus que jamais, nous devons prier pour demander au Seigneur de donner à son Eglise de nouvelles vocations. Et rassurez-vous ! ces vocations ne descendront pas du ciel comme des cadeaux. Elles ne peuvent naître qu’en notre sein. Elles ne peuvent provenir que de nos familles.

Prions donc pour les jeunes afin qu’ils soient attentifs à la voix du Seigneur et disposés à donner une réponse favorable à ses appels dans leur vie. Qu’ils sortent des excuses souvent avancées pour que comme le jeune Samuel appelé par le Seigneur, ils puissent dire : « Parle Seigneur, ton serviteur écoute».

Prions aussi pour leurs parents afin qu’ils puissent jouer leur rôle, celui d’éveiller les jeunes à leur vocation et de les accompagner dans l’appel que le Seigneur leur adresse. Ainsi pour la mission abondante dans la maison du Seigneur, il y aura assez d’ouvriers.

Et pour être concret, en ce dimanche des vocations, disons un Pater, un Ave et un Gloria aux intentions de tous les appelés de par le monde entier. Que le Seigneur les fortifie dans leur ministère. Amen !

                                                                                                              

              Abbé Herman HACHEME, Curé

Méditation des textes du troisième dimanche de pâques (akassat)

 

3ème DIMANCHE DE PAQUES

Textes :Ac 2,14.22b-33/1P1,17-21/Lc24,13-35

Fils et filles bien aimés dans le Christ

Si on me demandait de donner un nom à ce dimanche, je dirai que c’est le Dimanche de la grande évangélisation. Et pourquoi ? Simplement à cause du contenu des textes de ce jour.
    Dans la première lecture tirée du livre des actes des apôtres, l’événement de la pentecôte a porté loin la parole du Seigneur. Il a fallu en effet la descente du Saint Esprit pour que les apôtres soient habités d’une force immense pour annoncer le Christ ressuscité sans craindre. Pierre debout avec les onze, parle désormais avec assurance montrant ainsi qu’il est un des témoins vivants de la passion, mort et résurrection du Christ. Cette merveille que proclame Pierre, nous aussi nous sommes invités à la proclamer non pas simplement du bout des lèvres mais en la disant avec confiance. Pierre nous invite tous à une foi audacieuse.

     Dans la deuxième lecture tirée du premier livre de Saint Pierre Apôtre, il ajoute à la foi audacieuse, la crainte de Dieu. Celui qui a la crainte de Dieu ne s’attache pas aux choses de ce monde qui d’ailleurs sont éphémères. Nous devons nous focaliser sur le Christ et sur le Christ seul sans confusion, sans mélange. Car c’est lui qui nous jugera au dernier jour. Le père a remis dans ses mains tout pouvoir. Mettons donc notre foi et notre espérance en lui comme nous le recommande vivement Pierre.

      Dans l’Evangile de ce 3ème dimanche, la parole de Dieu sort du temple pour faire route avec les deux disciples d’Emmaüs. Jésus qui chemine avec eux est cette parole. Et on ne peut pas adhérer totalement à cette parole tant qu’on a pas fini d’exprimer ses doutes. Les disciples, en chemin parlaient de tout ce qui est arrivé au sujet de Jésus en exprimant indirectement leur doute sur la promesse de la résurrection du Christ« Voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé ». Mais Jésus va les arracher de leur état douteux pour les amener à la foi véritable. Il leur expliqua toute l’écriture en partant de Moise et de tous les prophètes. Une véritable catéchèse sur la route d’Emmaüs ! une catéchèse qui amène jusqu’à la communion du corps et du sang du Christ. Et nous autres, notre cœur était-il brûlant quand le Christ nous parlait à la catéchèse à travers nos maîtres catéchistes ? Et où en sommes-nous après notre première communion ? Puisse le Christ Ressuscité nous aider à le reconnaître davantage sur nos chemins d’Emmaüs et sous la fraction du pain et du vin. Amen !

                  Abbé Marius NOUGBODE, Vicaire

EVENEMENTS

INFORMATION

FORMATION

SPIRITUALITE