La Passion du Christ à la paroisse Sainte Rita de Cotonou

vendredisaintLes fidèles chrétiens catholiques de la paroisse Sainte Rita de Cotonou dans l’archidiocèse de Cotonou ont vécu ensemble avec leur Curé, le Père Pamphile Fanou et ses vicaires, le traditionnel chemin de croix du Vendredi Saint, 30 mars 2018, à travers de grandes artères de la ville de Cotonou. De tout rouge vêtu conformément à la liturgie de ce deuxième jour du triduum pascal, le Père Pamphile, portant la croix sur

ses épaules au milieu d’une immense foule de chrétiens catholiques, de jeunes gens et de jeunes filles ainsi que de petits enfants a parcouru en méditant avec eux le long des quatorze stations du chemin de croix les différentes étapes de la souffrance, de la mort et de la résurrection du Christ. Partis de la paroisse ils y sont revenus pour la dernière station toujours dans la prière et la méditation. Renvoyant la foule à la fin du chemen de croix après l’avoir bénie, le Père Fanou a invité les fidèles à revenir prendre part le soir à l’office du vendredi saint qui ne s’aurait être secondaire ni facultatif pour le chrétien catholique. Car pour lui, le chemin de croix est un exercice spirituel qui nous plonge dans le drame pathétique amoureusement vécu par le Christ pour nous sauver. Tandis que l’office du vendredi Saint est une célébration au cours de laquelle nous revivons de façon plus complète la passion du Christ à travers la liturgie de la parole de ce jour, la grande prière universelle, la vénération de la croix et la communion avec les hosties consacrées le jeudi saint et tout ceci dans un grand recueuillement. Sauf donc pour raisons de maladies sérieuses ou de tous autres cas de force majeure manifeste, la participation du chrétien catholique à la célébration de la passion du Christ le vendredi saint est un devoir obligatoire, une question de oui ou non!