Jeudi Saint 2018 à Saint Michel

Jeudisaint“Avec la présente célébration de la Sainte Cène, nous entrons pleinement dans le triduum pascal qui est le sommet de toute l’année liturgique. Et ce premier jour, Jeudi saint, évoque l’anniversaire de deux grands sacrements intimement liés et étroitement ordonnés l’un à l’autre: l’Eucharistie et le sacrament de l’ordre, notamment le sacerdoce ministériel”. C’est par ces propos que le curé de la paroisse

Saint Michel de Cotonou, le Père Placide Augustin Houéssinon, a voulu fixer les centaines de milliers de religieuses et religieux, des fidèles chrétiens laïcs à l’entamme de son homélie prononcée à la messe du Jeudi saint, 29 mars 2018, une messe qu’il a volontiers laissé presider par l’un de ses vicaires, le Père Richedor Nouwagovi entouré d’une dizaine de prêtres concélébrants.

Au-delà du lavement des pieds les fidèles ont eu par ailleurs la joie de vivre au Coeur de la célébration la réadmission aux sacrements d’une soixantaine de filles et fils de la communauté paroissiale. C’est dans ce décor que le Père Houéssinon a invité l’assistance à contempler avec lui trois éléments important: l’amour de Jésus, l’exemple de serviteur qu’il nous donne et l’ordre d’imiter son geste. Après avoir insisté sur l’importance de l’Eucharistie, le prédicateur a tenu à mettre en garde l’assistance: “Nous blessons la charité eucharistique et ecclesiale, lorsque nous trouvons de la joie à critiquer nos prêtres, à les jeter en pâture à des non chrétiens par nos critiques, à commenter leurs défauts reels ou supposés plutôt que de prier pour eux, de leur donner de bons conseils, de les reprendre avec charité et fermeté s’il nous semble qu’ils se trompent et s’égarent”.