Upcoming event
00
days
00
hours
00
mins
00
secs
  • on 6 mars 2015

La vie consacrée aujourd’hui au Bénin : situation, défis, interpellations… (2)

2. L’état des lieux

            Les instituts religieux.

En 2014, on dénombrait au Bénin 67 instituts religieux féminins au sens canonique strict du terme. Sur ces 67, seulement 2 sont de fondation locale : les Sœurs Oblates Catéchistes Petites Servantes des Pauvres (OCPSP) (1914) et les Sœurs de Saint Augustin (SSA) (1968). Il faudrait ajouter à ce nombre 5 associations diocésaines ou pieuses unions : Servantes de l’Amour Rédempteur du Christ (SARC), Servantes de la Lumière du Christ (SLC), Institut des Filles de Padre Pio (FPP), Petites Sœurs de l’Espérance du Christ, Sœurs Amis de la Mission (AM). Dans le Diocèse de Natitingou, une nouvelle expérience a été rendue publique en août 2014, les Filles de Béthanie ; à Cotonou, les Sœurs Franciscaines Chevaliers du Cœur Immaculé de Marie (janvier 2015).

Les sœurs appartenant à ces familles religieuses sont au nombre de 1510 réparties en 309 communautés dans les 10 diocèses. Cotonou seul en compte 91 avec 502 religieuses.

Les 9 instituts et pieuses unions de fondation locale ont 803 membres tandis que les 65 instituts venus d’Eglises sœurs ont au Bénin 716 sœurs. Avec les professions qui ont été faites fin 2014 dans les communautés locales, cet écart s’est sans doute creusé encore.

Les instituts religieux masculins sont au nombre de 22 dont 1 est de fondation locale (Bénédictins du Mont Thabor). Il faudrait y ajouter 2 pieuses unions : Les Frères de Jésus-Christ et les Frères Franciscains Chevaliers du Cœur Immaculé de Marie (Janvier 2015). Les membres sont au nombre de 354. L’institut de fondation locale et les 2 pieuses unions n’ont que 31 membres.

           

            Les instituts séculiers.

Les Instituts séculiers sont, au même titre que les Instituts religieux, des Instituts de vie consacrée avec les trois vœux. Ce qui les distingue est que les séculiers vivent leur consécration au cœur du monde, sans signes distinctifs.

Il n’y a actuellement au Bénin que 2 instituts séculiers canoniquement érigés : Présence et Vie (institut féminin) et Institut Notre Dame de Vie (branche sacerdotale). Il faudrait y ajouter 2 pieuses unions séculières : les Filles de Notre Dame de l’Inculturation et les Frères de Notre Dame de l’Inculturation. Mais tout cet ensemble séculier ne compte que 27 membres.

            Les sociétés de vie apostolique

Ce qui caractérise une société de vie apostolique, c’est précisément la fin apostolique pour laquelle elle a été fondée. Ses membres, à la différence des religieux et des séculiers, ne prononcent pas de vœux de religion. Ils mènent dans le célibat chaste la vie fraternelle en commun, tendant, selon leur mode de vie propre et un engagement propre, à la perfection de la charité.

Les sociétés de vie apostolique au Bénin sont au nombre de 3, toutes masculines, avec 63 membres : la Société des Missions Africaines, la Congrégation de Jésus et Marie (Eudistes) et les Prêtres de Saint Sulpice (avec un statut canonique particulier, ses membres étant incardinés non dans la société mais dans leurs diocèses respectifs).

            L’ordre des vierges consacrées

Vocation très ancienne dans l’Eglise, redécouverte au moment du Concile Vatican II, elle s’exprime par une forme particulière de consécration qui fait de ses membres une épouse mystique du Christ vouée au service de l’Eglise. Evidemment, ne peuvent faire partie de cet ordre que les vierges de corps ; les veuves et les femmes ayant vécu maritalement ne sont pas admises. Au Bénin, il y a 5 membres reconnus de l’ordre des vierges consacrées.

           

            Les autres formes de vie évangélique

La Communauté du Pain de Vie (nouvelle communauté fondée en France en 1976 et qui a eu quelques difficultés) a connu une refondation ouest-africaine (par Mgr Isaac Jogues GAGLO, Evêque d’Aneho) : Communauté de l’Arbre de Vie Divine.  Elle avait 4 membres au Bénin.

Les Frères de la Providence de Saint Jean, des laïcs consacrés, ont 2 de leurs membres en mission à Djougou. Dans le même diocèse, 2 autres laïques consacrées sont au service de l’Eglise.

La Famille Claire Amitié, avec 3 membres en mission au Bénin, est une association privée universelle de fidèles de droit pontifical. Ses membres sont des laïques consacrées vivant en communauté et ayant fait le choix d’une vie toute donnée à Dieu et aux plus démunis.

Il y a depuis des décennies au Bénin des auxiliaires de l’Apostolat. Il s’agit d’une vocation à la fois ordinaire et originale. Elles ne font pas de vœux à la manière des consacrées mais répondent à l’appel de leur évêque pour servir par toute leur vie le Christ dans la vie professionnelle ordinaire.

            Point sur l’état des lieux

La présence religieuse au Bénin est surtout féminine et se développe dans les formes institutionnelles traditionnelles. Les formes nouvelles apparaissent plutôt timides. La vie consacrée masculine est pour sa part très peu développée au Bénin. Les membres des instituts masculins sont dans une proportion de 1 pour 5 consacrées (femmes). S’agissant des consacrés laïcs (religieux et séculiers), ils représentent à peine le 1/10 des consacrées. Par rapport au clergé diocésain, la proportion des religieux  est de l’ordre du 1/3 et la tendance va s’accentuant avec le nombre de séminaristes en formation aujourd’hui.

Cet état de choses pose un problème d’ordre ecclésiologique qu’il nous faudra aborder à présent.

 

Rd Père Edouard ADE 

{jcomments on}

Leave your comment

Please enter your name.
Please enter comment.

Ecoutez les textes liturgiques du jour en Fongbe