Nuit Pascale à Togbin au Bénin

samedisaint2“Ils sont finis les jours de la passion. Suivez maintenant les pas du Réssuscité”. Ces paroles ont été entendues en cette nuit de la veillée pascale du Samedi 31 mars 2018 de la part de Mgr Roger Houngbédji, archevêque de Cotonou par les fidèles chrétiens catholiques ensemble avec leur curé, le Père Eric Bassalé de la paroisse Sainte Claire d’Assise de Togbin,

sise dans le vicariat de Zogbo dans l’archidiocèse de Cotonou. C’était à la fin de la bénédiction solennelle finale de la veillée pascale qu’il a présidée au milieu d’eux sous les chants des diverses chorales en français et en langues de la paroisse. Au-delà du canon proprement dit de cette veillée pascale, Mgr Roger Houngbédji à l’homélie a insisté sur la signification profonde de la résurrection de Jésus pour le Chrétien catholique. Pour le prélat, la resurrection est “d’abord et avant tout, une intervention inattendue de Dieu visant à démanteler le projet des hommes consistant à prolonger le deuil de Jésus”. A l’en croire, “le Dimanche de Pâques n’est pas une prolongation du vendredi_ saint: c’est le commencement d’un jour nouveau où la vie se manifeste dans toute sa plenitude pour faire disparaître les moments de tristesse, de souffrance et de deuil. Car nous ne pouvons pas célébrer la résurrection du Christ et vivre comme des gens tristes, endeuillés, ceux à qui il manqué la joie de vivre”. Et l’archevêque de poursuivre: “célébrer la résurrection, c’est croire que la mort ne peut retenir la vie. Fêter la résurrection de Jésus et notre proper résurrection, c’est nous engager au nom de la foi au Christ réssuscité, à passer de la peur à la joie, de la haine à l’amour, de l’égoïsme au partage, de l’individualisme à la fraternité pour que nous bâtissions des communautés où chacun est reconnu comme enfant de Dieu et donc frère ou soeur de l’autre”

samedisaint1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils